Aphex Twin - Page officiel de l'artiste britannique, catégorie electronica : www.warp-net.com

> Accueil > Annuaire > Artistes / Groupes > Electronica > Aphex Twin - Page officiel de l'artiste britannique, catégorie electronica : www.warp-net.com


Aphex Twin - Page officiel de l'artiste britannique, catégorie electronica

Aphex Twin - Page officiel de l'artiste britannique, catégorie electronica
Richard David James mieux connu sous le nom d'Aphex Twin est un compositeur britannique de musique électronique.
Il a été salué des deux cotés de l'Atlantique comme le Kraftwerk solitaire et le nouveau Mozart démontrant que sa musique ne connaît pas de frontières géographiques. Connu pour ses coups de cymbales "plus rapide que l'éclair" autant que pour ses boucles d'ambient dépourvues d'accompagnement rythmique, la musique de Richard ne sonne jamais deux fois de la même façon.
Ce bidouilleur de sons, né à Limerick, en Irlande, le 18 août 1971, a passé son enfance en Cornouailles. Il est généralement considéré comme un des artistes majeurs de la scène techno, et comme ayant eu une influence notable sur les styles drum and bass, acid house, ambient et electronica.

Les parents de Richard D. James se rencontrent alors qu'ils travaillent dans un hôpital psychiatrique. D'après Richard, son père avait l'habitude de distribuer au compte-gouttes le LSD prescrit aux patients. Quelques fois, avec les encouragements de l'infirmière principale, ils consomment quelques doses mises de côté. Son père part ensuite à Cornwall (Ontario, Canada) pour un emploi de mineur dans des mines d'étain. En 1968, la mère de Richard accouche d'un bébé mort-né. Après la fermeture des mines dans les années 1980, le père de Richard continue de travailler dans les anciennes mines en remplissant les puits qui menacent de s'effondrer.

Richard D. James nait en 1971 à Limerick en Irlande. Sa mère, en lui donnant naissance, croyait voir en lui la résurrection d'un enfant qu'elle avait perdu plus tôt, elle le baptisa du même prénom Richard.
Il grandit dans un ghetto pauvre de Cornouailles, au sud-ouest de l'Angleterre avec un intérêt particulier pour le matériel électronique. « J'étais toujours en train de cogner sur quelque chose », dit-il souvent.

La plus jeune des deux sťurs de Richard est accro à The Jesus and Mary Chain et ses petits-amis jouent dans des groupes indépendants. Richard ne s'intéresse jamais vraiment au rock. « Je trouvais que quelques trucs étaient bons mais je ne les ai jamais réellement aimés. » Son passe temps favori est alors de jouer avec les sons. Il les enregistre sur cassettes, les monte en bout à bout, les passe à l'envers et change leur vitesse. La famille a un piano qu'il enregistre aussi non sans en avoir bougé les cordes et les marteaux afin de faire varier les sons. Sa mère s'arrache les cheveux. La mère d'un de ses amis d'enfance raconte que « Richard n'était pas facile pour sa mère ».

Il fait ses premiers enregistrements à l'âge de 14 ans. Durant son adolescence, il joue sur un synthétiseur pourri, un ordinateur Spectrum Sinclair et un sampler bon marché. Par la suite, il prend des cours d'électronique au Kingston Polytechnic de Londres. « J'ai appris à construire des circuits à partir de presque rien. » Mais, il abandonne au bout d'un an. « Je voulais me barrer et faire de la musique. » À l'époque, il a déjà une masse importante de matériel bidouillé sur mesure et un stock de mélodies déjantées sur cassettes. Fin 1991, les deux premiers maxis Analogue Bubblebath et Analogue Bubblebath 2 estampillés AFX sortent chez Mighty Force, un label local d'Exeter, et chez Rabbit City Records.

On pourrait ranger Aphex Twin dans les catégories « Ambient », « Electronica », « IDM (Intelligent Dance Music) ou Braindance », « Intelligent techno », voire « Jungle », « Drill'n'Bass », « Breakcore » ou même « Noise » (« Bruit »). Elles conviendraient toutes mais, à chaque nouvelle sortie, le son créé par Richard se déchire et se réinvente de telle manière qu'il surprend à la fois la presse et le public. Il y a quelques similarités à travers tout son travail mais chaque morceau a sa propre vie.
On retrouve de façon récurrente dans les compositions d'Aphex Twin l'utilisation de la ritournelle, une mélodie simple, enfantine qui est fragmentée. Elles sont souvent courtes et passées en boucle.
Un autre aspect caractéristique de sa musique est la manipulation de voix humaines, comme dans son maxi Ventolin dans lequel il utilise le rire de sa mère, ou bien encore dans son album Richard D. James Album dans lequel des voix d'enfants nomment une partie de leur corps (mon bras, ma jambe...).
La marque de fabrique de ses dernières productions (Drukqs, Come to Daddy...) se tient dans la complexification du rythme avec un effet de micro-rythmes très rapides.

Publicités